LybraForum

...Eclats de mots...Eclats de vers...
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flippé du ciboulot

Aller en bas 
AuteurMessage
alba

avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Localisation : Sud-Ouest
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Flippé du ciboulot   Jeu 16 Avr - 19:44






Flippé du ciboulot



Mon ombre s'allonge à mesure
Et la rue m'avale aussitôt !
Un pigeon jacasse en chemin
Puis le bus gargouille, m'étrangle,
La terre sanglote ses tracas.

Le nez collé à l'humeur du matin
Je rêve d'un instant très loin...

Assis au fond d'une classe
J'ai peut-être 10 ans
L'oeil derrière la fenêtre
A l'heure où je m'ennuie
D'un avion de papier, d'un copain
Qui m'épie ou me sourit.
Je zoom sur les trésor du grenier
Pendant...
Trois pas de portes


Et toujours cette ombre
Tantôt devant, tantôt derrière
Jusqu'à la fin du jour.


*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bluebird
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 448
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Ven 17 Avr - 21:25

Et toujours cette ombre, cet autre soi-même où se superposent les saisons...

Puis le bus gargouille, m'étrangle,
La terre sanglote ses tracas.

Le nez collé à l'humeur du matin


J'aime beaucoup ces mots-là dans ce trajet en bus du p'tit matin ! Que de pensées collées aux vitres !

Sacré boulot ! dans le mur

bisous/fleurs

.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://faelivrin95.blogspot.fr/
Bifane

avatar

Masculin
Nombre de messages : 187
Localisation : Pyrénées-Atlantiques
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Dim 19 Avr - 15:50

T'avais l'air de bien t'ennuyer, toi aussi, à l'école, non ?
Pis après, dans la vie des matins gris, des autobus qui puent, des rues grises et froides, ça te fait comment ? Le matin, moi, j'essaye de sortir de ma tête, ou alors c'est peut-être l'inverse : que je m'y enfonce tout au fond, d'où je suis plus au dehors. Enfin, en gros, j'ai pas changé mon fusil d'épaule : je rêve toujours d'être ailleurs. Loin, comme tu dis... Loin... Qu'est-ce qu'il me plaît, ce mot-là...
Bonjour chez toi, Alba !

_________________
La vie n'est pas une partie où l'on gagne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pisteurdesnuages.com/
alba

avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Localisation : Sud-Ouest
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Dim 19 Avr - 17:25

Bluebird a écrit:

Que de pensées collées aux vitres !

Sacré boulot ! dans le mur

bisous/fleurs

.

C'est un état de demi-veille que j'affectionne Sleep Tu t'isoles dans quelques bribes, paisible, que tu saisis à la volée
avant de te faire avaler par le tourbillon des obligations.

Pis il arrive forcément un moment où tu te réveilles... quand Belzébuth t'apostrophe !!

"Mamzelle machinnnn !!! z'avez terminé de rédiger mes coineries que je dois rendre pour avant-hier ?" briques


Bisou Blue salut


Dernière édition par alba le Lun 20 Avr - 6:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alba

avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Localisation : Sud-Ouest
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Dim 19 Avr - 17:38

Bifane a écrit:
T'avais l'air de bien t'ennuyer, toi aussi, à l'école, non ?
Disons qu'à l'école je préférais les boules puantes au fond de la corbeille de la prof d'anglais, ça nous permettait de prendre l'air lol!

Citation :
Pis après, dans la vie des matins gris, des autobus qui puent, des rues grises et froides, ça te fait comment ?


Rââ le matin, dans quelle étagère ?

Ben y'a des jours... je prends la tête à part.
L'olibrius aux yeux hagards
Dans la case chose ou l'apafaim
Avec la têtenglu qu'à dit rin !

Félin, féroce et peu caressant
Des heures à vadrouiller en rat des champs
Sniffant la poudre d'escampette
« Qui veut faire l'ange fait la bête !»

Citation :
Loin, comme tu dis... Loin... Qu'est-ce qu'il me plaît, ce mot-là...

Surtout qu'il sait se faire tout petit
Pour y cacher de grands rêves...

Smile Bonne semaine Bifane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 514
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Mar 28 Avr - 10:44

Z'avez des matins et des souvenirs nostalgiques d'école qui sont pas piqués des mites quand vous nébulez aux aurores ! Moi j'suis comme bluebird, j'aime bien "le nez collé à l'humeur du matin". C'est primesautier, je trouve, cette façon de formuler. Ca ouvre tous les possibles, les vagabondages sans prétention, l'hier, l'aujourd'hui, le demain qui fusionnent et que ça devient un truc léger, surréaliste, qu'on sait pas si on va aboutir à quelque chose qui nous réveillera ou qui nous perdra dans les minutes éternelles de la nostalgie. Trop bien ce ciboulot qui se déconnecte du réel tout en y étant bien ancré.

Biz Alba, t'as bien mérité d'la patrie des travailleurs applaud.

_________________
Il est grand temps de rallumer les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://isilwen95.blogspot.com
Bifane

avatar

Masculin
Nombre de messages : 187
Localisation : Pyrénées-Atlantiques
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Mar 28 Avr - 11:41

Vouais, mais pour dire le vrai, ma nostalgie de moi que j'ai, elle est pas estampillée nostalgie des grands tableaux. C'est que du confetti, c'est ce que je me disais l'autre jour, peut-être hier, ou alors ce matin : j'ai pas de souvenirs immenses où je me vautrerais bien, juste pour le plaisir d'y être encore. J'ai des instants, des images fugaces, des trucs que j'ai vus et dont je me souviens même pas. Un jour, j'ai retrouvé une vieille photo, je sais pas qui l'avait prise : c'était un grand lit, tout bien fait, y'avait mon papa couché en travers sur la couette, qu'on voyait de dos, puisqu'il faisait toujours sa sieste comme ça, pis sous son bras, y'avait un p'tit bonhomme de quatre ou cinq ans, guère plus, et c'était moi. J'ai fouillé vainement ma mémoire à la recherche de ce souvenir, j'ai pas pu remettre la truffe dessus. Mais chaque fois que cette photo me retombe sous les yeux, je me sens comme une tenaille quelque part, qui fait mal et fait plaisir à la fois, tu vois un peu...
Sinon, j'ai pas de nostalgie des années en arrière. J'ai toujours eu l'impression, peu ou prou, d'y perdre mon temps, d'avoir eu un truc à faire que je laissais trainer en longueur, pis que je faisais jamais. J'ai des années où je remettrais même pas un orteil, des souvenirs d'entre ceux qui te "construisent", traduire "qui te bousillent mais t'apprennent la vie". J'irais pas non plus les échanger, j'sais pas trop pourquoi : c'est pas du joyeux, mais je sens vaguement que, quelque part, ça m'a amené à voir les choses comme je les vois, et quoique je me goure souvent, j'arrive quand même des fois à me dire que je pourrais pas penser un tel truc, ou voir les choses comme ça, si j'avais pas vécu ce que j'ai vécu.
Le bon et le mauvais, dans la balance du temps, ça finit de toute façon en poussières. Selon l'humeur, je retrouve des trucs qui me font encore rire vingt, trente ans après. D'autres fois, c'est l'inverse. J'ai pas compris encore pourquoi j'avais à le vivre, j'ai pas compris non plus pour d'autres, qui ont vu pire, certains même à plus vouloir rien voir. Le fait des hommes, j'y crois moyennement : y'a de ça, pis y'a plus, et ce plus échappe, et c'est lui l'essentiel. Le fait des hommes, en plus, je le vois plus comme une conséquence qu'une cause. Y'a un problème en-dessous. Au-dessus non, ou alors sans intérêt, pas pour nous.
La nostalgie... Des fois, ça me prend sur de lointaines saisons. C'est rare quand même, que ce soit si long. Je voudrais pas avoir dix ans, ni vingt, ni rien. Je voudrais être autrement, c'est sûr, mais pas revenir et revivre le passage. Y retrouver des gens que j'ai aimés, ça oui, comme tout le monde. Mais le décorum autour, je m'en passe bien. Et puis les pages, c'est pas pour rien qu'on les tourne. Au fond, t'as toujours une bonne raison, sinon, tu serais resté. Et pour celles qui se tournent d'elle-même, à la Lamartine, qu'est-ce qu'on pouvait faire pour les retenir : elles étaient faites pour ça, foutre le camp, nous donner un parfum de vie, un instant de joie, une étincelle, qu'on tienne encore le coup pour continuer. On a toujours su que ça durerait pas, on n'est quand même pas si cons : on le sait au départ, l'éphémère, c'est dans la définition de la vie, il faut quoi pour l'apprendre, quatre, cinq ans. Pis ça y est, t'es affranchi. Pour peu que t'aies pris ta première mornifle au passage, tu sais à quoi t'en tenir. Le reste, c'est qu'une redite.
Pas de nostalgie. Une conscience du passé et de ce qu'il implique. Un amour profond pour certaines de ses pages, sans regret, sans morale : si tu y comprends quelque chose, c'est très bien, c'est même un peu fait pour, mais regretter d'avoir fait ou pas fait, c'est trop bête : au moment de le vivre, t'étais dans les dispositions à agir comme tu l'as fait. T'en savais pas assez ou t'avais pas assez vécu, ou quoi ou qu'est-ce, qu'importe, t'étais pas ce que t'es devenu plus tard, et qui te donne ce recul et l'autre vision qui va avec. Et là, on devrait regretter ? Regrettons pas : si on sent que c'était tordu, c'est déjà au moins que ça servait à nous l'enseigner.
Bon, bin je bavasse et je bavasse, et pis ça sert à rien, comme d'hab'. Bin mon 'ieux, de toute façon, si pour être là, fallait absolument servir à quelque chose, on serait plus bien nombreux sur le globe...
Bonne journée chez vous, les topines (j'ai pas vu de topin, non ?)

_________________
La vie n'est pas une partie où l'on gagne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pisteurdesnuages.com/
alba

avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Localisation : Sud-Ouest
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Mar 28 Avr - 20:41

Et puis des fois, c'est pas tant le souvenir en lui-même que tu recherches, il s'offre à toi simplement. Aussi sûr que chacun a son lot de souvenirs nauséeux où il n'est plus question d'y tremper un orteil, mais il existe d'autres instants perdus à jamais pour lesquels on sacrifierait bien un bras pour avoir la possibilité d'y goûter encore...Et il peut t'arriver d'y plonger malgré tout, à cause d'un geste, d'une odeur, d'un visage ou d'une photo qui te transporte illico presto... ça te remue ou ça te fait du bien...
Et moi quand j'étais môme, c'était une période formidable Basketball
ça m'a bien aidé à reconstruire d'autres périodes moins bleues.

Bizz à tous les deux bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bifane

avatar

Masculin
Nombre de messages : 187
Localisation : Pyrénées-Atlantiques
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Jeu 30 Avr - 12:35



J'ai posé l'baluchon
____tant c'est lourd, des fois, sur l'épaule,
____ces niaiseries d'hier...
J'ai dit ce soir je me repose :
____va braire, mémoire à la con,
____avec tes souvenirs d’école,
____tes étés à la mer,
____tes amours d’eau de rose !
Je m’en fous bien, au fond,
____j’suis vivant, j’ai la gaule !

J’t’ai toujours en travers
____à me parler de choses
____connues de large en long,
____et jamais des bien drôles…
Dis voir un peu, à quoi ça sert
____qu’on y revienne et qu’on en cause ?

Mon vieux, mon si vieux baluchon,
____avec ses pensées qui désolent,
____le hasard l’a ouvert,
____j’avais pourtant ma dose…
J’ai vu s’en écouler des noms,
____des rêves qui s’envolent,
____du regret qui se perd,
____pour que nos larmes les arrosent…
Et je me suis vu, tout au fond
____penché comme un grand saule.

J’voyais la vie toute à l’envers
____où l’effet culbutait la cause,
____j’ai rien compris, bien sûr que non :
____j’ai la cervelle molle…
Juste qu’à pointer aux enfers
____on fait jamais la pause.

_________________
La vie n'est pas une partie où l'on gagne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pisteurdesnuages.com/
alba

avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Localisation : Sud-Ouest
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   Jeu 30 Avr - 16:33

Un jour j'ai rêvé que ma tête se vidait, d'un coup, sur le trottoir devant le bureau. Elle s'était ouverte comme ça sans prévenir, comme un gros sac dont on défait les cordons, et tout tombait sur le bitume : le cerveau en premier, quelques os en bataille, un œil puis deux, mes zygomatiques et un tas de glandes qui devaient bien servir à quelque chose. Ça faisait un drôle de bruit, flasque et mouillé ; c'était assez dégoûtant, mais je n'étais ni surprise, ni effrayée.

Autour de moi, les gens s'empressaient, intéressés.

- l'un d'eux disait : "Tiens ! un cerveau tout neuf !"

Et il le ramassait d'un geste vif, comme on vole une pomme à l'étal.

Deux autres se battaient pour un œil. Un vieux bonhomme du bout de sa canne, soulevait mes zygomatiques, attentif, à la recherche d'un nouveau sourire.
Bientôt, il ne resta plus rien, juste une flaque de sang séchée sur le trottoir.
Je sentis un grand vide, tout au-dedans de moi. Je m'assis par terre, les pieds dans le caniveau en attendant la chute d'un prochain cerveau, qui pourrait m'offrir une nouvelle vie.

tire la langue briques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flippé du ciboulot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flippé du ciboulot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mary Janice Davidson] Queen Betsy: Tome 6 Vampire et flippée
» QUEEN BETSY (Tome 06) VAMPIRE ET FLIPPÉE de Mary Janice Davidson
» Ma présentation :)
» un calcul qui fait flippé
» Voici une question existentielle pour vous faire travailler du ciboulot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LybraForum :: 
L'âme des Poètes
 :: Ecrits et cris poétiques
-
Sauter vers: